Poesie

Le ciel des amants

Soumis par Hayan Sidaoui le sam 03/11/2018 - 22:05

Au clair de quelle lune
Allons-nous nous réchauffer
À l'ombre de quelle dune
Allons-nous nous reposer

À la lumière des étoiles
Nous accostons sur une rive
Nous tissons notre toile
Oubliant les flots de la dérive

Bonjour au sourire radieux
Exhaussant nos vœux chancelants
Bonjour aux regards des yeux
Galvanisant les incessants élans

Ainsi galopent les épopées
Avec les impétueux vents
Ainsi vont et viennent les mélopées
Qui bercent le ciel des amants

Enfer succulent

Soumis par Hayan Sidaoui le mar 09/04/2019 - 22:44

Délicieuse, le corps ondulant et les bouts durcis
Elle, la louve aux hurlements aigus et stridents
Affamée, sa chair convoitant le met servi
Je m’offre volontiers en tenant mon tri dents

Beau mensonge celui des amants
ils s’aiment peu et désirent beaucoup
Beau mensonge le repas aux piments
je m’offre sans recul moi le fou

Puis elle referme ses paupières fatiguées
je meus vers d’autres horizons
Au réveil elle découvre mes simagrées
Moi le diable à l’enfer succulent

* publié sur mon compte FB le 30 avril 2017

Fin

Soumis par Hayan Sidaoui le sam 06/04/2019 - 22:11

Sous les vifs éclairs qui détonnent
Les torrents de boue implosant leurs bastides
Faisant disparaître leur chère Babylone
Les laissant à leurs interminables pleurs comme Nabonide*

J'ai songé à ces déserts sans souffle
Où le soleil puissant accroche ses proies
Où le ciel hautain devient gouffre
Pour les errants qui n'ont plus de lois

Élucubration

Soumis par Hayan Sidaoui le mer 20/03/2019 - 19:30

Quel est ce charme triomphant
Qui si fièrement dicte
Sa loi à mon cœur addict
Jusqu'à en devenir moribond

Quels sont ces élans qui fondent
Sur toi la muse reine
Où joies et peines
Comme un orage grondent

Et ce bonheur qui fut, qui s'efface
Que j'ai eu et que je n'ai plus
Tel un éclair vite disparu
Laissant l'indélébile et belle trace

Restent les vaines occupations
Flottant sur un océan de souvenirs
Malmenés par le vent des soupirs
Loin de toi tout n'est qu'élucubration

Enfant crédule

Soumis par Hayan Sidaoui le lun 18/03/2019 - 20:24

Épuisé jusqu’aux os érodés par l’attente
Asséchées sont mes veines, volatile
Mon sang impatient fuyant la dilettante
Ma vue cherchant le plaisir versatile

Les muets supplices ronronnent dans mon cœur
Mon corps boude et ignore la lourde gravité
Mon âme s’envole avec les ailes des ardeurs
Ma chair tremble par les vents malmenée

Soudain, une ombre, un souffle, un baiser
Telle une brise essoufflée les sensations brûlent
Réchauffant de leurs vapeurs mes pensées
Les sentiments jouissent comme un enfant crédule

Eau et feu

Soumis par Hayan Sidaoui le sam 16/03/2019 - 23:06

Enflammé est le foyer de cet antre
Dont mes yeux attisent le feu
Plus brûlant que le soleil, diantre
Braise, j’exauce tous tes vœux

Puis l’enfer fatigué s’éteint
Se laisse prendre par le torrent
Né de notre plaisir qui feint
La chaleur éphémère d’un instant

La nuit vient nous couvrir de sa robe
Le clair de lune nous berce languissant
Les rêves jouent jusqu’à l’aube
Où mon cœur te suit impatient

* publié le 7 mai sur mon compte FB

Femme savante

Soumis par Hayan Sidaoui le ven 15/03/2019 - 22:18

Quant au soir les pensées deviennent ombres
Qui ornent le verre qui volontiers m’enchante
Quant au soir les sens deviennent ambres
je m’abandonne aux plaisirs qui se vantent

Soumis je suis le temps d’un vertige
Traversant mon existence qui virevolte
Loin des jours qui coulent insipides
Soumis je suis à tes regards désinvoltes

Quant au soir tu verdoies mon désert
De ta fraicheur heureuse et complice
Ton ciel et ta terre éclairent mes vers
Au soir je vis puis au matin je bois le calice

Hymne

Soumis par Hayan Sidaoui le mer 13/03/2019 - 22:50

Comme je prends tous les vents
Je prends aussi tous les trains
J'aime ces chemins du désir plein
Des ronces qui me rendent patient

Les nuages surchargés de merveilles
Ces belles promesses qu'on aime boire
On aime les aventures et les belles foires
Puis avec ses lourds sabots vient le soleil

Sous le ciel gris on se sent couvert
Par les espoirs propres aux errants
Qui aiment les defis en tout temps
Et s'aveuglent avec les vilaines lumières

Désir instinctif

Soumis par Hayan Sidaoui le lun 11/03/2019 - 20:50

S'offrant à moi comme une libation
Moi l'errant profane
Se dénudant de sa peau de femme
Il n'en restait que jubilation

Épi de blé se courbant devant le souffle
Du vent humide et furtif
Pour se redresser après les joutes
Comme se redresse le désir instinctif

Immortel esprit

Soumis par Hayan Sidaoui le ven 08/03/2019 - 21:15

Ce temps qui passe indifférent
Ne mesure pas que les jours
Il raconte l'attente de toujours
Et l'ennui qui lui est inhérent

Il vient à bout de toute patience
Où le juste enivrement est absent
Par orgueil et par déni latent
Il oublie l'empathie de la clémence

Ébloui je suis, par les postures bornées
Les acharnements battant la mesure
De la tourmente qu'impose la nature
Homme je suis qui malgré lui est né