poème, "l'Oronte"

Soumis par Hayan Sidaoui le mer 23/08/2017 - 17:48

Je remercie Nathalie Galiana et l'écrivain espagnol José Baena Reigal pour la traduction en espagnol de mon poème l'Oronte.
C'est le premier d'une longue série.
Merci à vous deux j'en suis honoré.

L’Oronte*

Le soir venant défiant mes paupières
Songeantes à la têtue et fière Oronte
Fuyant les rives bleutées par la mer
Cherchant les cités ensablées et défiantes

Des dattiers joyeux rencontrent
La rivière que saluent les lauriers
Le jasmin la rendant odorante
Sur ses bords se courbent les peupliers

Elle, princesse de sang et rebelle
Se nourrissant des notes pluvieuses
Elle, la vaillante combattante fidèle
Repousse de ses flots les faucheuses

Ô toi rivière des temps qui coulent
Ô toi nourricière des berges chaudes
Mes paupières pour toi s’écoulent
Telle la rosée sur une fleur éclose

EL ORONTES

Viene la noche y desafía mis párpados.
Pienso en el Orontes, testarudo y altivo,
que huye de la orillas azuladas del mar
para buscar ciudades rebeldes en las arenas

El río encuentra dátiles alegres
mientras saluda con gozo a las adelfas
y los jazmines convierten en perfumadas
las orillas donde se curvan los álamos

Príncipe de sangre real y desafiante
que te nutres con lluvia de las nubes
y eres el valiente y fiel guerrero
cuyas aguas la muerte desafían

¡Oh, tú, río del tiempo que fluye!
¡Oh, tú, padre de las riberas cálidas!
Mis párpados hacia ti corren
como mana el rocío en una flor abierta

*L’Oronte est l’une des rares rivières de la planète qui ne va pas en direction de la mer mais vers les terres, elle prend naissance au nord de la plaine de la Bekaa au Liban et remonte vers la Syrie, elle est citée dans plusieurs légendes levantines et ses bords ont vu bien de batailles lors des cinq derniers millénaires. Son nom en arabe est Al-Assi : « le fleuve têtu ».