Frontières naturelles retrouvées

Soumis par Hayan Sidaoui le dim 20/05/2018 - 16:12

Rubrique

Les Américains, conscients que la majeure partie des YPG-FDS est opposée à la partition de la Syrie, stoppent net toute aide militaire et financière à cette organisation kurde syrienne. Si quelques-uns des cadres du FDS continuent à affirmer leur allégeance à la coalition US, la majorité de sa base confirme son appartenance à une Syrie unie et indépendante, confirmation de ce que nous avons déjà pressentie l'été dernier.

L'intérêt premier des kurdes syriens est de s'opposer à l'agression turque en affirmant leur citoyenneté syrienne et en coordonnant leurs actions militaires avec l'AAS, comme à Afrin et Manbij, tout en se positionnant, pour une partie, comme opposants politiques à Assad mais en tenant à l'intégrité territoriale de la Syrie.

Je salue cette sagesse des kurdes syriens qui se détache nettement de la traîtrise de Barazani, chef des kurdes irakiens et allié objectif des turcs, en acceptant le projet d'état kurde au nord de l'Irak et de la Syrie, en oubliant le projet originel d'un Kurdistan indépendant au sud-est de la Turquie, tout en soulignant que le Kurdistan n'a jamais existé et n'a aucun fondement historique, les kurdes étant une des composantes socio-culturelles du Proche-Orient notamment du côté turc. Bien évidemment ce plan est mis en morceaux par la détermination des levantins de tous bords.

N'oublions pas qu'après la défaite infligée à DAESH par l'AAS-Hezbollah soutenus par la Russie et l’Iran, les USA et Israël considéraient les kurdes comme une carte de rechange pour mener à bien leur plan du démantèlement de la Syrie. Cette confirmation du positionnement des kurdes syriens obligent les USA à revoir leurs calculs et de probablement mettre fin à leur présence illégale en Syrie et par la même occasion fragilise une autre présence illégale : celle de leur allié turc.

Ce positionnement politico-militaire des kurdes syriens, combiné à l'apparition au nord-est de la Syrie d'une résistance populaire syrienne qui a assené lors des dernières semaines quelques coups durs aux GI's basés au nord de la Syrie, vont sonner le glas de toute présence US en Syrie ce qu’annonce déjà CBS news. Comme prévu la guerre menée par le sionisme en Syrie touche à sa fin grâce à la cohésion des peuples du Levant toutes croyances ou courants politiques confondus.

 

Toutefois, la guerre au Proche-Orient ne se terminera pas avec la victoire totale d'Assad qui se profile en Syrie bien au contraire elle se prolongera avec nos alliés yéménites jusqu'à la chute des monarchies du moyen-âge installées dans le Golfe persique et la libération totale de la Palestine.

La première observation qui nous vient à l’esprit suite aux dernières évolutions sur le terrain, telles que les interventions répétées de l’armée irakienne sur le territoire syrien contre les terroristes de l’Occident sionisé ou encore comme lors de l’été dernier les combats menés conjointement par les armées syrienne et libanaise en plus du Hezbollah des deux côtés de la frontière libano-syrienne, démontrent que les frontières artificielles des accords de Sykes et Picot en 1919 qui ont remodelé le Croissant Fertile suite au démantèlement de l’empire ottoman qui occupait le monde arabe, sont en passe de disparaître de manière irréversible.

 

"Eretz" Souria est de retour n'en déplaise au néo-colonialisme occidental et son bébé israélien dont la survie, j’insiste, est plus que jamais en sursis.

J’insiste aussi sur le fait que la guerre syrienne induite par l’Occident sionisé et par Israël n’avait pour objet que de consolider l’existence d’Israël suite à sa retentissante défaite contre le Hezbollah en 2006, dès lors la Victoire d’Assad n’aura comme suite logique et naturelle que la disparition de l’entité sioniste qui colonise le sol arabe en Palestine et dans le Golan.

 

Carte jointe : Le Croissant Fertile en 1919