« Grand deal » et petit simulacre

Soumis par Hayan Sidaoui le dim 08/07/2018 - 18:48

Rubrique

J’avoue ne pas savoir comment entamer cet article.
J’ai tellement écrit et réécrit sur le sujet que je risque la répétition. La propagande par contre trouve toujours des nouvelles formules pour dire et redire la même chose, tout en donnant l’illusion d’amener du nouveau au « débat » géostratégique. Beaucoup se font piéger pensant détenir une nouvelle information ou une nouvelle donne !

Combien de fois ai-je répété depuis 2011 que nous sommes vainqueurs, que l’Occident est en déclin et que le Proche-Orient lui, sera très bientôt définitivement fermé ?

Ce n’est pas sans satisfaction et sans plaisir, avec l’égo qu’on me connaît et que j’assume, que je cite la toute récente déclaration de Lavrov : « Nous sommes déjà dans un monde post-occidental ».

J’avais écrit en 2011, 2012, 2013… jusqu’à il y a une semaine, que l’hégémonie occidentale est bel et bien terminée, mieux, l’Occident ne se remettra pas de sa débâcle au Levant avant bien longtemps car « qui s’attaque la Syrie cinq fois millénaire creuse sa propre tombe », et c’est exactement ce qu'à quoi nous assistons.

Alors paraît-il qu’il y a eu un « grand deal » secret entre Poutine et Trump, qui consiste à ce que les USA laissent tomber la Syrie et en échange Poutine laisse tomber la Palestine, avec l’accord d’Assad en prime !
Déjà, cet accord et c’est le moins qu’on puisse dire, a vite perdu son caractère secret, quelques minutes ont suffi pour qu’il soit repris en boucle sur les réseaux sociaux et les médias avant même sa mise en œuvre !

Un proverbe arabe dit : « ce qui arrive de pire à une des tribus est toujours amusant pour les autres », et c’est le cas avec la tribu otanusienne !

Fallait bien trouver une sortie honorable pour cet Occident aux abois, impuissant, affaibli autant par ses propres crimes que par la détermination de ses victimes, les caisses vides ainsi que celle de leurs fournisseurs du Golfe, le tout pour rien, sinon avoir massacré des civils et sans la moindre victoire militaire.

Assad comme Nasrallah ont affirmé à maintes reprises que la guerre qui se déroule en ce moment au Levant ne se terminera qu’à Jérusalem et ni l’un ni l’autre n'ont pour habitude de parler pour ne rien dire. Ils le prouvent depuis de nombreuses années, raison pour laquelle on a voulu les abattre l’un comme l’autre.

Comme je l’avais déjà dit dans des articles précédent, notamment « la résistance change de camp », l’Occident a perdu ses guerres levantines et a perdu gros : Israël est désormais directement menacé et avec elle l’accès à nos richesses, c’est inéluctable. Le retrait annoncé des soldats US de Syrie n’est que le fruit de la résistance levantine, qui pendant quatre ans a combattu seule contre le reste du monde, avec sa détermination et son héroïsme, sans lesquelles l’allié russe n’aurait envoyé un seul soldat en septembre 2015 et dont l’aide a accéléré l’inévitable, à savoir notre victoire nette et sans bavure, épargnant de la sorte de nouvelles victimes civiles potentielles.

Toutefois, la trouvaille du « grand deal » a quand même ses failles qui échappent à ceux dépourvus de bon sens ou de réflexion et à certains « analystes spécialisés » !
Pourquoi l’Objet du grand deal ne serait pas l’Iran et le Hezbollah, sachant qu’Israël est invincible comme aiment le marteler les sionistes et leurs valets occidentaux ?! Ainsi, en échange du soi-disant retrait volontaire de l’OTAN de Syrie, on demanderait à Poutine de museler l’Iran, qui à son tour musellera le Hezbollah qui constitue le principal danger pour l’entité sioniste occupant la Palestine ?!

Étonnante équation le « grand deal » propagé par la propagande sioniste et aussi étonnante contradiction !  La presse israélienne ne cesse de marteler, au grand désarroi d’un Netanyahou ou d’un Libermann, qu'Israël est plus menacé que jamais avec le départ des soldats US de Syrie, sans pour autant toucher au Hezbollah qui promet la libération de toute la Palestine. Les Israéliens savent qu’il en a les moyens, comme le confirment tous les observateurs internationaux.

Je vous confirme que ce vrai faux « grand deal » n’existe pas mais il en cache un autre.

Sans être, comme certains « spécialistes » aiment se présenter, mis au secret, je vais me risquer à une autre lecture.
Le vrai grand deal est celui de laisser tomber et la Syrie et la Palestine, et par ricochet les monarchies du Golfe, en échange de l’Europe comme jardin privé des USA et du sionisme qui y sont solidement implanté. L’Europe n’étant pas moins riche que le Proche-Orient car nourrie par son propre jardin africain.

Les lois dégradantes et autres injustes qu’on impose aux sociétés européennes, le phénomène de la migration organisée, la xénophobie et le communautarisme encouragés par les pouvoirs en place, la passivité des populations européennes ramollies et anesthésiées dans un pseudo-confort éphémère qui l’empêche de se soulever car incapables de deviner ce qui les attend, tous ces paramètres donnent à cette version du « grand deal » un certain réalisme.

C’est bien ce « grand deal » là qui me semble secret et non pas celui qu’on brandit à la vue du monde entier pour brouiller les pistes et aussi sauver la face devant une opinion publique, quoi qu’on dise, acquise dans sa majorité aux planificateurs des complots.

Le réveil ne sera pas dur car il me semble qu’il n’y en aura pas un avant bien longtemps.