Démocratie, attentats et choucroute

Soumis par Hayan Sidaoui le ven 18/01/2019 - 05:24

Rubrique

Pour réussir une bonne choucroute faut bien ramollir le chou, avec un chou bien cuit la gamelle sera bien remplie.
Plus le chou est tendre plus il est juteux et plus le cuisinier est rassuré, ses clients, des VIP plus ou moins discrets, n'en seront que plus heureux, ainsi que leurs panses !

La France, terre de pâturages fertiles, devenue terre d'investisseurs de tout horizon, surtout d'un horizon où les mirages fleurissent, demeure l'un des pays les plus riches au monde, tenez-vous bien : derrière les USA et devant l'Arabie Saoudite.

Ce que beaucoup ne savent pas est que le royaume moyenâgeux du wahhabisme est l'un des états les plus pauvres au monde au niveau de sa population.
En effet, l'argent du pétrole ne profite pas autant au budget de l'état qu'aux innombrables membres "princiers", plus de 50 000 de lignée directe ou par alliance, de la famille dite royale, qui partagent la manne pétrolière où un émir de rang élevé récolte chaque année un revenu plus important que la somme attribuée au budget d'un ministère et qui, depuis 3 ans, est déficitaire malgré le pétrole.
Je vous laisse imaginer ce que coûte, du roi au dernier nouveau né de parents "princiers", le partage des richesses entre 50 000 privilégiés. Le tout, en plus de ceux que les pays de l'Occident sionisé qui viennent à Riyadh se servir pour couvrir les frais de leurs guerres criminelles.

Après cet intermède informatif revenons à nos plats.
Le PIB de la France, au cas où le régime était moins cadenassé par les lobbies financiers notamment sionistes, permettrait, de l'avis de plus d'un économiste sérieux, non seulement de hausser le SMIC de manière conséquente mais aussi de ramener à la France ce qui était son joyau jusqu'au années 2000 à savoir la meilleure couverture sociale au monde et aussi la qualité de son service public (hôpitaux, transports en commun, la poste, les collèges, lycée et universités...).

À titre d'exemple, il y a encore quelques années la médecine française était mondialement réputée et les diplômes de ses universités parmi les plus côtés, or de nos jours, si on se réfère aux classements annuels, non seulement ces deux anciens fleurons français ont régressé mais en plus se trouve en queue de peloton au niveau européen.

Or, le PIB comme le budget de l'état et encore les recettes directes et indirectes du trésor public ont parallèlement beaucoup augmenté !
L'explication de cette régression dont les principaux victimes sont les plus démunis dont le nombre augmente chaque d'année en année atteignant un record sur le continent européen mais surtout, ceux qui constituent l'épine dorsale d'une nation, ceux qui forment la classe moyenne largement majoritaire . Cette régression donc, qui impacte le niveau et la qualité de vie des français, est le produit d'une politique élaborée depuis les années Mitterrand et prolongée depuis 2007 jusqu'à nos jours:

- Privatisation progressive des services publics où la rentabilité et le profit passent avant la qualité du service proposé au profit des mêmes lobbies financiers qui font la pluie et le beau temps de l'économie nationale.
- " L'europénisation" des pays européens à travers une régionalisation favorisant les villes-métropoles au détriment de l'état où se créent des sous-lobbies locaux formant ainsi une sous-élite au service de la vraie élite et cela toujours au détriment de la classe moyenne. Le système Macron préparé en amont depuis 2007 et qui consiste à dire qu'il y a plus de riches en France, avec la formation des sous-élites dociles, en omettant de préciser ou d'avouer que par la même occasion la classe moyenne s'appauvrit en créant, simultanément, une nouvelle classe, opposée à celle des sous-élites, la classe des démunis supérieurs. Ce grignotage de la classe moyenne par le haut élevant une petite partie vers le sommet et en tirant une partie vers le bas, est la meilleure façon pour affaiblir les états ; aller vers le bas a pour objet de réduire au maximum le sentiment patriotique au profit de l'Europe des lobbies et des mafias financières. En réalité "l'europénisation" de la France est une "saoudisation" qui permet aux princes de la finance de maintenir leur main mise sur l'économie nationale.

Effet pervers voulu et planifié avec soin avec en toile de fond le pouvoir transmis aux lobbies où l'exécutif qui devient un "exécuteur" des ordres du vrai pouvoir occulte et dépourvu de tout poids politique d'où l'intransigeance et l'arrogance de Macron face aux gilets jaunes en bon exécutant qu'il est, tout en se moquant éperdument de sa popularité.

Ceci étant dit, pour mettre en œuvre ce plan il est primordial de réduire au maximum le nombre des contestataires en usant d'artifices bien maîtrisés et dont les médias, directement financés par l'élite financière, en sont des relayeurs efficaces, telles que guerres, en faisant miroiter des nouvelles richesses, peu importe les moyens criminels et inhumains et le cas échéant quelques mises en scènes macabres comme celles du Bataclan, de Nice et récemment de Strasbourg où on recrée un faux sentiment national et un élan de solidarité avec le pouvoir, solidarité éphémère mais utile, et ainsi de suite.

Le mouvement des gilets jaunes dont je salue les motivations est un mouvement mort-né d'où mes critiques du départ. Manque de cohésion, dispersion des objectifs, récupérations politiques d'une partie, immaturité politique, méconnaissance de l'origine du mal social, méthodes erronées...
Et ce n'est pas les "communisants", bon chic bon genre à la culture de magazines, à la jactance brillante qui se veulent être les théoriciens du mouvement contestataires qui lui rendront service en habillant Rousseau de gilet jaune tout en l'enlevant à Victor Hugo, le tout en se gargarisant de la victoire des vietnamiens sur l'impérialisme il y a 45 ans, alors que le Vietnam est devenu l'un des principaux points d'appui asiatiques des USA. Elle est où la victoire ? Il y en a qui ne voient pas que certains lauriers fanent et je rajoute un autre défaut au mouvement des gilets jaunes : la "qualité" de ses fans.

Pour finir une bonne choucroute faut aussi de bonnes saucisses, plus le chou est ramolli plus la saucisse passe facilement et s'il le faut le chef rajoute sa sauce : un bon débat national bien médiatisé, qui par ailleurs ressemble à une partie de pêche entre copains pour sauver les poissons de la noyade.

Et bon appétit bien sûr.