Courir

Soumis par Hayan Sidaoui le lun 09/07/2018 - 19:07

Rubrique

Courant contre les vents, mes jambes révoltées
M’arrachent aux marécages des environs
Mon esprit libre rêve d’autres passions
Loin de la laideur des âmes abîmées

Le cœur frais et l’œil vif guettant la beauté
Délaissant les tourbillons où germent les ondes
Des anguilles des eaux troubles et profondes
Je cherche le feu qui ravive la sérénité

J‘oublie les charmes d’un jour, d’un instant,
De toutes ces nymphes qui s’obstinent en vain
Bras tendus, de leurs bouches servant le vin
Enivrant le corps mais le cœur oubliant

Sous les nuages cannelés, usés par l’attente
D’un soleil puissant aux rayons purs
Les paupières s’ouvrent et se rassurent
Les pupilles retrouvent l’envie ardente

Je cours derrière les lointains songes
Mes pas laissant comme traces le mépris
Oubliant écueils et perfides lames, Ainsi
Le cœur détruit l’oracle aux mensonges