Chinoiseries franchouillardes et rationalisme chinois

Soumis par Hayan Sidaoui le sam 09/02/2019 - 18:44

Rubrique

Je viens d'apprendre à la lecture d'un article envoyé par un ami, dont l'auteur est prolixe en jactance quoiqu'élégant dans son style, que la gestion étatique des grandes entreprises nationalisées empêche une gestion libérale !

Quand une idéologie devient la cause d'une sclérose neuronale c'est là où les drames nationaux commencent à germer.

À ce propos je salue la realpolitik du pouvoir communiste chinois qui fait preuve de pragmatisme socio-économique en pratiquant, d'un côté, un communisme évolutif adapté à son époque, contrairement à la regrettable psycho-rigidité vénézuelienne et qui lui vaut quelques mésaventures, et d'un autre côté, en calmant les ardeurs des catégories sociales sensibles aux appels du capitalisme sauvage, sanguinaire et asservissant alors que la seconde guerre froide bat son plein.
La Chine pratique bel et bien un libéralisme sain et maîtrisé, c'est le libéralisme "des braves" qui justement l'immunise contre les agressions extérieures.

Affirmer que la Chine est une grande puissance inébranlable est une aberration.
C'est justement son gigantisme qui la fragilise et ce depuis toujours. Comment gouverner une population hétéroclite de 1,5 milliard d'âmes où se côtoient des dizaines d'ethnies et d'entités culturelles aussi diverses que variées et pas toujours en parfaite symbiose entre elles.

Je ne crois pas que la vraie problématique de la réalité chinoise se limite à des TGV ou de l'électroménager, c'est tout comme limiter la libération d'Alep à son savon !

De toute évidence les subtilités des grands complots internationaux, où il est impossible de dissocier la géostratégie de la réalité interne de chaque pays, échappent encore et toujours aux auto-proclamés analystes qui ne font en réalité que commenter les commentaires des commentateurs d'en face, avec un esprit de contradiction dénué d'arguments, ce qui rajoute à la confusion générale. Ce n'est plus de l'anti-propagande mais une propagande-bis !

Je ne le répéterai jamais assez que fermer les yeux sur les erreurs de ceux qu'on soutient soit le plus efficace des soutiens, comme certains s'obstinent à le faire pour le Vénézuela, tout en ignorant l'intelligence de gestion de la chine par un gouvernement avisé, en le réduisant aux discours idéologiques des années cinquante et soixante du siècle dernier, qui ont mené tout droit l'ex-bloc de l'est à la catastrophe qu'on connaît.

À mon avis, la Chine ne fait que mener à bien, et de manière aussi intelligente que pragmatique, sa seconde révolution culturelle, après celle de Mao, et dont elle en a retenu, à juste titre, les erreurs.
Alors que, fort malheureusement, le Vénézuela n'a su entamer la première !