Les "Sa'alik"

Soumis par Hayan Sidaoui le jeu 14/09/2017 - 22:00

Rubrique

 

Le nom des poètes "sa'alik", de l'ère pré islamique, veut dire "nains" en arabe, non pour leur taille, mais pour leur condamnation à l'exclusion de leur tribu suite à un délit ou un crime, ils sont donc considérés par les membres de leurs tribus comme des "nains sociaux". Ils erraient donc solitaires dans le désert, coupés de toute vie sociale. Ils ont tous un point commun : la solitude qui les a rendus poètes !

Leurs poèmes sont fondateurs de la poésie arabe classique, un exemple du plus connu d'entre eux, Antara, valeureux combattant. Il  fût condamné à l'exclusion pour son amour pour Abla, amour interdit car il était à moitié noir par sa mère esclave, sachant que les arabes des tribus nomades de la presqu'île arabique étaient parmi les premiers esclavagistes de noirs africains !

Antara Ibn Chedad
Les miens par le destin éloignés qui m'envoie le diable guerroyer

Je vous ai traduit de l'arabe ce poème d'Antara Ibn Chedad, poète arabe pré islamique du 6ème siècle

" Les miens par le destin éloignés qui m'envoie le diable guerroyer
Ce temps qui m'inflige ses oracles comme châtiments
Je ne suis pas homme à lui céder ma liberté
Même vieilli et poli je lui refuse la rédemption
Comment craindre les jours qui s'évaporent menaçants en défiant le destin
Combien de nuits j'ai erré dans le désert observant les planètes fuyantes
Mon sabre mon ami et mon javelot a pour lions comme festin
Combien de ruisseaux par le sang pollués glorifiant les créatures démones
Toi qui prétends être ma mort tu n'auras que ma libation fétide comme offrande"

 

Publié sur mon FB le 29 février 2016