Litani

Soumis par Hayan Sidaoui le ven 01/12/2017 - 17:01

Rubrique

Fleuve de rubis, fleuve libre
Avance serein, scindant les monts
Fleuve où coulent mille sons
Au rythme des vents qui vibrent

Les fleurs, les oiseaux et les enfants
S’abreuvent de ses eaux fières
Ses berges se souviennent d’hier
Des cris qu’emportèrent les flots

Fleuve rouge de sang, fleuve résistant
Sur ses berges s’accroupissent les lauriers
Se parfume de thym et de noisetiers
Fleuve qui berce les esprits ruisselants

Le Litani est le fleuve majeur du Liban (23 fleuves et 9 rivières) et est le plus puissant, produisant la plus grande partie de la consommation d’électricité au Liban (180 mégawatts). Il prend naissance dans le plateau agricole de la bekaa (surnommé le grenier du Proche-Orient) et se jette dans la méditerranée au sud Liban.
Dans les années soixante, un barrage fut érigé formant le lac Qaraoun, 11 km2 fournissant l’eau pour l’irrigation de 400 km2 de terre agricole dans la Bekaa et le sud. Tout au long de son parcours de 140 km ses berges sont représentatives de la variété des paysages du Liban (plaines, pâturages, vallées, gaves …), il est réputé pour sa truite exceptionnelle.

Son parcours est jalonné par des légendes remontant à l’antiquité.

Le Litani a toujours été convoité par Israël avant même sa fondation et le lobby sioniste créateur de l’entité israélienne avait sollicité la France et l’Angleterre pour rattacher la partie sud du fleuve au futur état sioniste/talmudique, mais sans succès car le contexte géopolitique de l’époque ne le permettait pas (notamment la farouche opposition des Libanais et Syriens qui formaient déjà le noyau de l’axe de la résistance). Lors des deux invasions israéliennes en 1978 et 1982 ses berges ont vu les combats les plus meurtriers de l’histoire du Liban. La résistance libanaise (le mouvement national à l’époque) et la résistance palestinienne ont écrit l'une des pages les plus épiques de l'histoire de la résistance à l'injustice. Combats qui ont coûté cher aux deux parties ; notamment la bataille du château-fort des croisés "le Beaufort" implanté en haut d'un pic surplombant le fleuve. Là, 8 combattants Palestiniens ont tenu tête aux pourritures de Tsahal plus de 6 semaines malgré des bombardements intensifs ; ce qui a fait sortir de ses gonds Beguin le Premier ministre israélien de l'époque, ordonnant la destruction de ce bâtiment patrimoine de l'humanité, bâtiment détruit aux 2/3.

Le Litani est un des symboles majeurs de la résistance libanaise a l’entité sioniste/talmudique et bien des épopées héroïques ont été forgées sur ses rives.

*publié sur mon FB le 11 juillet 2017.